All posts tagged: mode

Correspondance amoureuse

Mes Chères Récupérables, Je vous regarde et je m’émeus. Moi qui pensais ne jamais plus tomber amoureuse, vos dernières apparitions ont envoyé mon cœur en orbite sur la lune. Depuis notre première rencontre, vous ne cessez de me surprendre et c’est d’ailleurs pour cette raison, que j’ai décidé de vous décrire mes sentiments au travers de ce courrier. Car oui, je vous admire. Vos silhouettes, le mouvement de vos jupes, la couleur de vos tissus : tous vos attraits sont des atouts qui ont élu domicile au plafond de ma mémoire. Je ne pense qu’à vous. Vous avez réussi, par une sorte de mécanique légère, à me ramener les pieds sur terre tout en faisant glisser mes rêves sur les flots. Je parle d’univers mais c’est plutôt de croisade dont il est question réellement. Avec vous j’ai envie de conquérir la planète mode et ainsi faire rayonner un soleil plus éthique, plus chaud au dessus du cœur des matelots qui la composent. Je sais pertinemment que je ne suis pas la seule de votre équipage …

Nice To Hear You 12 – L’optimisme avec Anaïs Dautais Warmel, entrepreneuse éthique et fondatrice de la marque « Les Récupérables »

La mode : une poésie détournable, aimable, récupérable   Aujourd’hui ce n’est pas une introduction que j’ai envie de rédiger, mais une lettre ouverte avec des coeurs à la place des virgules. Les fringues c’est ma dope depuis que je suis gamine. Ma came, mon addiction, mon péché mignon. J’aime ça et je sais pourquoi. Cette enveloppe douce que je choisis, au travers de laquelle j’interagis avec autrui, je l’apprécie. Les volants, les collants, le coton, les boutons tout ça sert de ponctuation à mon quotidien. La mode et moi on s’est consommé trop fort pendant trop longtemps. Je pensais la lutte vaine et puis, nan. La mode responsable c’est ma rehab dorée. Ma porte de sortie jolie. Ma lumière au fond du tunnel. Je peux enfin brandir une nouvelle torche dont je suis fière. C’est grâce à des humain.e.s passionné.e.s comme Anaïs que c’est possible. Comment vous décrire cette entrepreneuse sans utiliser tous les mots lumineux disponibles dans le vocabulaire de la langue française. Deux heures de rencontre et je ressors de cet entretien …

INTERVIEW / Blondifox

Quand je serai grande, je m’habillerai comme une enfant J’ai rencontré Charlotte il y a quelques mois. On s’était donné rendez-vous chez MONA by My Little Paris, histoire de papoter, entourées d’une bibliothèque féministe inspirante, tout en dégustant un latte soja bien au chaud. Charlotte vivait encore à Londres à cette époque et je sautais sur l’occasion d’un de ces passages à Paris pour lui poser toutes mes questions. Charlotte est d’une douceur indescriptible, comme ses créations. Comme souvent, j’ai découvert Blondifox au détour d’un clic. Je me fais régulièrement des petits rades numériques à la recherche de nouvelles marques, de créateurs/créatrices qui répondent à mes attentes en terme de fabrication, idées, ambitions. Son sweat à volants est resté scotché sur le plafond de ma mémoire un paquet de temps. La nuit je fermais les yeux et je contemplais ses coutures avec envie, passion. Parce que oui, l’obsession me définit bien. Les belles choses me collent à la botte et je n’arrive pas à m’en défaire. Comme un chewing-gum de la sape en fait. Mais …

INTERVIEW / La Seine et Moi

Une marque au poil J’ai découvert Lydia et sa marque « La Seine et Moi » sur Instagram. En plein hiver, la truffe gelée, l’oeil hagard, je scrollais mon feed à la recherche d’une image douce à me coller sous le pouce. Et là, parmi les suggestions de mes congénères : un manteau en fausse-fourrure « La Seine et Moi ». Quelques clics plus tard, me voilà en train de rêver braver des tempêtes avec une de ces merveilles sur le dos et de m’adoucir l’égo sur toutes les jolies pièces du e-shop. Car « La Seine et Moi » ce n’est pas seulement des manteaux et accessoires beaux à pleurer, c’est aussi une marque qui, en plus d’avoir reçue le prix de la meilleure marque de fausse fourrure par la PETA en 2016, imagine et fabrique tous ses produits à Paris, avec des matières françaises. Lydia Bahia est incroyable. La douceur et l’inspiration qu’elle dégage me font l’effet d’une menthe à l’eau en plein été : un bien fou. Quel genre d’humaine es-tu sur la planète ? Lydia Bahia : Je …

Sélection shopping / 06.

Sélection shopping MADE IN FRANCE : des bijoux du cou au plafond 1/ Boucles d’oreilles « Margot », Bijoux de Lu  2/ Bague « Sherlock », Margi Darika 3/ Blague « Clara », Atelier Plume 4/ Grande bague Terrazzo, Argument Bijoux 5/ Boucles d’oreilles « Petula », LakLak Paris 6/ Bijoux d’oreille « Asy-Astralis », Les Somethings 7/ Boucles d’oreilles « Sergent XXL », Judith Benita 8/ Bague écrou, Atelier B 9/ Collier « Lod’s Transparent », Helmut Paris  

INTERVIEW / Atelier St Eustache

L’Atelier St Eustache, le cool en toute transparence Si vous venez d’atterrir sur la planète d’érable, la rubrique « Histoires » c’est des interviews et un tout nouveau podcast intitulé « Nice To Hear You ». L’intérêt du bidule ? Partager avec vous, sans chichi mais avec beaucoup de chantilly, des entretiens inspirants avec des artistes, entrepreneurs•neuses, créateurs•trices et autres humains sympas.  Découverte au détour d’un couloir à l’Atelier Meraki et soutenu lors de sa campagne de crowdfounding, Violette fait partir de ces créatrices qui me soufflent de l’énergie dans les poumons dès le premier contact de nos rétines. Résolument pétillante et incroyablement chill, l’Atelier St Eustache est la preuve vivante que les « socks don’t suck ». Il faut dire que je suis une convaincue pratiquante très assidue. Depuis plusieurs années, j’aime me pavaner l’orteil décontracte dans mes chaussettes à paillettes et bottines peep toe. Toute l’année. Même par zéro degré. Raboule ta maille, montre moi ce que tes pompes ont dans la semelle. Gloire aux chaussettes qui tabassent le béton à coup d’originalité. Je pense me traîner un léger trauma …