Histoires
Leave a comment

Nice To Hear You 04 / L’identité avec Amy Jones, esprit créatif et fondatrice de la marque « Jonesie »

L’identité brodée en pointillés

Peut-être, avez-vous déjà croisé Amy Jones au détour d’un escalator au Bon Marché, l’aiguille dans une main et un tambour dans l’autre, marquant au fil rouge un tee-shirt sous les yeux pétillants d’une foule de clients. Peut-être encore, l’avez-vous rencontré sur l’internet derrière un clic pour une commande personnalisée sur son e-shop. Ou tout simplement sur Instagram, comme moi. Depuis quelques temps j’avais envie d’aller plus loin, de provoquer une rencontre pour mettre une voix sur cet esprit créatif qui me fascinait. Parce que oui, Amy Jones me fascine pour ses nombreux talents, sa créativité en grand écart sur deux continents et, depuis notre première rencontre, pour sa douceur solaire élastique. Je pense que cette émission est à l’image d’Amy, drôle et légère. Comme un cookie qu’on enroule dans de la barbe à papa. On a ricané, dit des trucs comme « c’est stylé », on a parlé de Paris et des États-Unis, et moi, j’ai pu capturer ce chouette moment pour le partager avec vous. Très bonne écoute !

 

 

 

S’inventer et se ré-inventer

Amy Jones : Je suis née à Memphis dans le Tennessee, et j’ai déménagé 10 fois avec ma mère et ma sœur, beaucoup dans le sud-est. Ces déménagements m’ont beaucoup aidé je pense parce que je faisais toujours de nouvelles écoles, il fallait que je rencontre plein de nouvelles personnes et ce tout au long de ma jeunesse.

Coup foudre pour la dame de fer

Amy Jones : J’ai eu de la chance car je me suis vite intégré à un groupe de français très chouette qui m’a ouvert les yeux à Paris. Ils m’ont fait découvrir les bons endroits, les choses sympas à faire. Je suis vite tombé amoureuse de cette ville. À l’époque je faisais un stage dans l’art donc je ne pouvais pas me plaindre ! C’était aussi plus simple et moins cher de continuer mes études en France. Tout c’est vraiment enchaîné parfaitement. J’ai obtenu ma licence et j’ai continué un Master à Paris.

 

 

Une identité couleurs « bi-patrie »

Amy Jones : Ce que j’ai pris du côté français et qui n’est pas vraiment positif (rires) c’est que je me plains souvent (rires). Ce n’est pas pour jouer sur les stéréotypes car je suis entouré de personnes géniales, mais rentrer dans un supermarché, discuter avec la caissière, lui demander comment va sa journée, c’est très américain. Je ne le fais plus en France. Sinon côté américain, je continue à boire des grands cafés avec du lait et du sucre, je ne sais pas m’arrêter. Peut-être la façon dont je parle aussi. Mais je pense m’être beaucoup approprié la culture française.

 

 

 

Be true to yourself

Amy Jones : Je ne pense pas avoir deux identités. J’essaye de renvoyer aux autres la personne que je pense être. Mais cela doit dépendre aussi des situations. J’essaye toujours d’être la plus honnête dans toutes les situations mais peut être que dans certains cas, je renverrais quelque chose de différent pour pouvoir me mêler dans l’environnement.

 

 

 

L’identité brodée sur le coeur

Amy Jones : Avec le temps, la broderie personnalisée est devenue quelque chose de très important pour moi et la marque. Quand je vois les commandes qui sont passées sur le site, je trouve ça trop chouette parce que parfois je m’identifie aux messages. Parfois au contraire, je ne comprends pas du tout le message, c’est souvent un petit surnom, une blague, une « inside joke ». Les clients sont toujours très contents.

 

 

Une recherche permanente

Amy Jones : En arrivant en France et vivant à Paris depuis 6 ans, ça m’a aidé à trouver ma voie. La création de ma marque c’est, malgré ce qu’on dit sur « l’American Dream », quelque chose que je n’aurais pas pu réussir aux États-Unis parce que c’est très grand. Tout ça m’a aidé à trouver qui je suis. J’ai toujours voulu me lancer dans l’entreprenariat, c’est une grosse partie de mon identité. C’est ce que je fais tous les jours. Je suis sur une bonne voie pour trouver qui je suis, mais franchement on peut toujours évoluer. On devrait toujours continuer d’évoluer.

La récréation des expressions 

Amy Jones : Je brode tous les produits personnalisés à la main mais je souhaite aussi faire des collections plus importantes, qui peuvent être distribuées plus largement en France. Pour les collections « Expressions » les sweatshirts sont brodés à la machine à Paris. J’ai choisi de réaliser des collections avec des expressions traduites en anglais, car, quand j’apprenais la langue française à mon arrivée, j’apprenais les expressions françaises que je trouvais trop marrantes. En France, vous avez beaucoup beaucoup d’expressions. Vous verriez ma liste ! Je voulais mélanger ça avec mon identité qui reste quand même très américaine.

 

Pour découvrir l’univers d’Amy Jones, sa ligne de sweatshirts et tee-shirts brodés et les évènements de broderie qu’elle anime, rendez-vous sur son e-shop et sur sa page Instagram @hellojonesie

Références liées à l’épisode :

Amy porte une paire de boucles d’oreilles Diana Bijoux de Lu et un sweatshirt de sa nouvelle collection « Expressions ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *