Histoires
comment 1

Nice To Hear You 02 / La transmission avec Capucine Roy

La transmission avec un joli tombé

Capucine. Mais quel bonheur ce brin de femme. Dès que je l’ai rencontré, j’ai su qu’il me fallait raconter l’histoire de cette femme, l’histoire qui se dissimule derrière ce magnifique sourire carmen. Parce que Capucine c’est ce qu’elle fait au quotidien, elle coud, rit, raconte, pleure des histoires. Raconter des trucs, c’est le moteur de cette parenthèse numérique qu’est le blog, c’est ce que j’aime le plus faire dans mon métier et c’est surtout l’essence même de cette émission. Coup de foudre à microland. Banco. Double win. Et vous allez l’entendre cette histoire, elle commence mieux qu’un livre. Elle commence comme un joli conte de la vie.

 

 

Les pieds sur terre et la tête dans les nuages

Capucine Roy : Je suis quelqu’un d’assez rêveuse. Je parts du principe que créer sa marque c’est un projet assez fou surtout quand on a commencé à 23 ans et qu’il faut donc avoir un côté un peu insouciant et se lancer dans le bain. Mais à côté de ça, il faut aussi avoir un côté assez terre-à-terre, avoir les pieds sur terre et savoir où on va, tout en se laissant libre.

 

 

Des grand-mères artistes de la vie

Capucine Roy : Mes grands-mères m’ont fait beaucoup aimé les vieux objets, chiner, avec elles j’ai passé des après-midi et des après-midi entières à coudre, à broder, à dessiner, à rêver. Depuis toute petite, on passait des journées chez ma grand-mère, chez Arlette, à parfaire toutes les techniques.

Une passion, puis un métier

Capucine Roy : Petite je ne me voyais pas faire du stylisme, ni du modélisme. Je me voyais vétérinaire (rires). Et puis finalement, avec cette passion que j’avais en commun avec mes grand-mères, je me suis dit pourquoi ne pas en faire un métier. Je ne m’étais jamais dit qu’une passion pouvait devenir un métier.

 

 

Se connaître soi-même

Capucine Roy : L’école m’a appris beaucoup de choses. Quand je suis arrivé à ESMODE, je ne savais pas très bien dessiner, je ne connaissais pas les proportions du corps en fonction du vêtement, je ne savais pas non plus faire du patronage. J’ai appris à bricoler au départ et l’école m’a appris à savoir travailler le modélisme, le dessin, savoir se connaître soi-même, en faisant des dossiers, en poussant toujours plus loin cette réflexion.

L’évidence d’avoir une marque à soi

Suite à des stages, je me suis sentie assez frustrée de bosser pour des gens, de créer pour les autres. Dès le départ à l’école, je savais que je voulais créer une marque, qu’elle s’appellerait « ARLETTE et PAULETTE », pour un clin d’oeil à mes grands-mères. Je me suis dit qu’il valait mieux que je me lance à 22-23 ans plutôt que me lancer à 40 ans, tout larguer et ne pas savoir où j’allais.

 

 

Transmettre différement

Capucine Roy : Je pense qu’on n’est pas en train de perdre le fait de transmettre les choses, on est en train de les moderniser. On ne les met pas de côté, on les met juste au goût du jour. Je reprends des coupes de vêtements que mes grand-mères portaient que je modernise. C’est dans ça que je prends ce qu’elles m’ont donné et que je le transmets à mes clientes.

Des vêtements bien-être intergénérationnels

Je veux que dans mes vêtements on se sente bien. Les vêtements ARLETTE et PAULETTE c’est des vêtements assez faciles à porter. C’est des vêtements qui vont à toutes les morphologies. Je voulais que les vêtements aillent à tous types de personnes. Tous les âges, toutes les morphologies. Je ne voulais pas cadrer ARLETTE et PAULETTE. Y’a des grand-mères de 80-90 ans qui portent mes vêtements comme leurs petites-filles qui ont 17 ans. Ça va à toutes les générations.

 

 

Pour découvrir l’univers de la marque ainsi que la ligne de vêtements de Capucine, rendez-vous sur son e-shop. Vous pouvez aussi suivre l’actualité de la marque sur Facebook ou Instagram.  

Références liées à l’épisode :

Capucine porte une veste Denise ARLETTE et PAULETTE, un top Anne été 2017 ARLETTE et PAULETTE, disponible en version longue ici et un collier Bijou de Lu.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *